SNCF : pourquoi les trains sont-ils en retard à Strasbourg ?

Vous aussi, vous connaissez ce moment où en attendant votre train sur le quai de la gare, vous apprenez son annulation ou son retard, avant de vous demander qu’est-ce que vous avez bien pu faire au bon dieu pour mériter ça, « satané train ». Plus d’un Strasbourgeois sur neuf voit son train annulé quotidiennement et la récente révélation des raisons de ce dysfonctionnement fait grincer les dents.

Les TER toujours sous le joug du coronavirus

Après avoir réduit les effectifs durant la pandémie de la COVID-19, la SNCF n’arrive pas à reprendre un rythme normal. La Région Grand Est suit toujours le programme mis en place durant la pandémie : des Plans de transports adaptés (PTA) qui réduisent de plus de 10% le nombre de TER journalier, c.-à-d. environ 100 trains journaliers en moins.  

Un retour à la normale le 29 mai : une chimère selon les employés 

Tandis que le 8 avril, le président de la Région Grand Est, Jean Rottner (LR) a déclaré arrêter de payer sa contribution au service aux TER « le temps d’un retour à la normale », la SNCF vient de confirmer il y a quelques jours que ces fameux PTA arriveront à leur terme le 29 mai.

Une annonce retentissante…qui ne convainc pas du tout les employés. Ces dernières pointent du doigt un effectif réduit qui ne pourra jamais prendre en charge une centaine de trains supplémentaires par jour. 

Travailler à la SNCF ? Sauve qui peut !

Selon Louise Fève, membre de la CGT, il manque en effet des dizaines et des dizaines de postes rien que dans la région alsacienne. Les employés du secteur soulignent en parallèle les nombreuses suppressions de postes par le passé et les difficultés de recrutement actuelles.

Salaire parfois inférieur au SMIC, fin du statut de cheminot, horaires décalés, réduction des effectifs, matériel manquant, la SNCF a énormément de mal à convaincre de potentiels collaborateurs. Bien qu’elle propose une prime de 600 euros par recrutement, cela ne compense pas les difficultés rencontrées.

La reprise d’un service de TER normal d’ici le 29 mai paraît donc impossible. Espérons toutefois que la SNCF puisse nous surprendre d’ici là, en proposant des services qui auront bon train. 

Nour H. Bakhos

Rédactrice depuis plus de trois ans, l'actualité, l'entreprenariat et l'histoire sont mes passions. Flâneuse, bosseuse et amoureuse de l'écriture, je sillonne le web sans jamais m'en lasser !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.