Fin de la saga de la Faculté de médecine de Strasbourg, le rapport est sorti !

La Commission de Recherche Historique de l’Université de Strasbourg, chargée de mener une recherche complète sur les exactions commises au sein de la faculté de médecine sous l’ère nazie vient de rendre un rapport de 500 pages qui détaille sans détour « tous les crimes médicaux, aussi affreux soient-ils, perpétrés dans la faculté durant l’occupation. »  

Malgré la dureté et la barbarie des crimes découverts, ce rapport sonne la fin d’une période floue.

86 juifs assassinés pour rejoindre une collection macabre de squelettes

Composée de 12 scientifiques chercheurs, la commission a pu lever le voile sur plusieurs mystères, notamment celui des restes humains découverts en 2015 au sein de la faculté de médecine de Strasbourg. Le rapport révèle que ces restes humains proviennent de 86 victimes assassinées entre 1941 et 1944 par le médecin nazi August Hirt.

D’après le rapport, August Hirt, connu jadis pour ses expérimentations, ses tortures et sa folie meurtrière, a en effet gazé 86 personnes au camp de Struthof-Natzweiler (Alsace) uniquement dans le but d’acquérir une collection de squelettes de juifs.

La commission souligne toutefois que l’intégralité des cadavres ont été enterrés, un soulagement pour les étudiants.

Euthanasies, expérimentations : des centaines de vies fauchées

Comme annoncé, la commission se plonge sans hésitation dans un passé houleux. Le rapport dévoile alors que le camp de concentration de Struthof-Natzweiler fournissait plusieurs scientifiques nazis en êtres humains juifs afin de mener des expérimentations. Ainsi, 130 personnes ont subi des expériences dermatologiques mortelles, 196 victimes ont subi des expérimentations en étant exposées au typhus et 100 patients de la clinique psychiatrique de la faculté ont vu leur jour se finir en Allemagne suite à une euthanasie.

Lire :   Delphine Wespiser : de Miss France à députée du RN ?

Vous souhaitez accéder au rapport complet ?

L’Université de Strasbourg a mis à disposition le rapport complet : 500 pages pour tout savoir et connaitre tous les détails de ce qu’il s’est passé entre 1940 et 1945à l’Hôpital Civil, sous l’annexion allemande.

=> Lire le rapport complet

Un lieu de commémoration pour avancer

Avant de rendre public le rapport, l’Université de Strasbourg a tenu à contacter les familles des victimes de cette triste période afin de marquer la dernière étape d’un deuil qui s’étend sur des décennies.

Suite à sa présentation, la commission historique propose la réalisation d’un lieu de commémoration au sein de la faculté de médecine pour commémorer, notamment, les victimes d’August Hirt. « Nous ne devons pas oublier, mais se souvenir pour mieux avancer. » 

Nour H. Bakhos

Rédactrice depuis plus de trois ans, l'actualité, l'entreprenariat et l'histoire sont mes passions. Flâneuse, bosseuse et amoureuse de l'écriture, je sillonne le web sans jamais m'en lasser !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.