Voici LE scandale que la SNCF aimerait bien faire taire…

La SNCF n’arrête décidément pas d’enchainer les faux pas à Strasbourg et ailleurs. Le 14 mai dernier, des conductrices de train ont crié au scandale après s’être vues proposer d’expérimenter durant 6 mois des culottes menstruelles réutilisables au lieu d’avoir un accès aux toilettes dans les trains. 

Une initiative qui partait pourtant d’une bonne intention

« Culotte menstruelle, phase de test. » Voici le titre du mail que plusieurs conductrices de la SNCF ont reçu. Ce courriel envoyé par Rail Mixité, le pôle chargé de l’égalité homme femme au sein de la SNCF, marque le début d’une initiative qui se voulait efficace.

Anne-Sophie Nomblot, présidente du pôle Mixité souligne que la « présentation de l’initiative est injuste. » Face au manque de toilettes et aux longs trajets, le but était de trouver une solution aux conductrices réglées qui sont parfois privées d’un quelconque accès à des commodités durant quelques heures. Ce contexte fait écho aux difficultés d’embauches que rencontre la SNCF. 

Mme Nomblot rappelle que les « culottes menstruelles sont une alternative intéressante, car elles sont totalement écologiques et ne présentent pas de danger de choc toxique comme les tampons ou les serviettes hygiéniques. »

« Mets ta culotte et garde-là 8 heures ! »

Cette expérimentation a pourtant fait scandale chez les conductrices, mais aussi parmi tous les employés de l’entreprise ferroviaire après que le mail du début de phase test ait fuité. Selon certains employés, cette proposition reste inadaptée et ne touche pas au réel problème qui est le besoin de plus de toilettes au sein des trains.  

Une cégétiste s’émeut : « plus d’une vingtaine d’années de combat pour gagner une qualité de travail décente et le combat actuel pour avoir l’accès a des toilettes. Au final, la boite nous annonce : mets ta culotte garde-là 8 heures ! »

À l’heure ou 20% des effectifs de la SNCF sont des femmes, la revendication de l’accès aux toilettes n’a jamais été aussi vive. Selon plusieurs cheminots interrogés,  si les employés masculins se soulagent entre deux wagons, la présence de toilettes à bord de tous les trains est un besoin qui relève d’une bonne qualité d’environnement de travail, et ce, pour les hommes comme pour les femmes.

Nour H. Bakhos

Rédactrice depuis plus de trois ans, l'actualité, l'entreprenariat et l'histoire sont mes passions. Flâneuse, bosseuse et amoureuse de l'écriture, je sillonne le web sans jamais m'en lasser !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.