Strasbourg ouvre ses portes à Marc Rebillet, l’homme qui a insulté Emmanuel Macron

Guillaume Libsig, adjoint à la mairie de Strasbourg, a déclaré sur Twitter que l’artiste Marc Rebillet est « le bienvenu » dans la ville, et ce, quand il le souhaite. Cette déclaration a suscité l’indignation dans un contexte tendu, après que l’artiste ait insulté Macron lors d’un festival au Touquet, le samedi 27 août.

« Le mec a flingué mon festival »   

Le performer franco-américain de musique électronique Marc Rebillet était à l’affiche du Music Beach Festival au Touquet, le samedi 27 août dernier. Sa présence n’est pas passée inaperçue lorsque ce dernier a copieusement insulté Emmanuel Macron, le président de la République présent comme invité surprise de l’évènement.

Lors d’une improvisation scénique aux alentours de 20h40, l’artiste a scandé « Macron enculé » et « dégage Macron ! », une provocation qui n’a pas tardé à faire écho alors que le président et sa femme ont été aperçus plus tôt entrain de déambuler dans l’espace VIP du festival.

Marc Rebillet ne s’arrête pas là et continue alors de proférer plusieurs insultes destinées à Macron, avant que le son et son micro ne soient coupés et que l’organisation lui indique de descendre de scène. Le performer a néanmoins pu poursuivre et terminer son spectacle.

Un public amusé, mais et un accueil mitigé

L’acte réalisé par Marc Rebillet a reçu des réactions diverses et multiples. Tandis que dans les vidéos capturées par les festivaliers lors de la soirée semble montrer un public amusé, les réactions qui ont suivi désapprouvent ce comportement.

Lire :   Fête de la choucroute 2022 : attention, ça va péter !

L’organisatrice du festival, France Leduc, à partager sa colère et sa déception lors d’une interview accordée à La Voix du Nord et estime que l’artiste a dépassé les limites en « prenant en otage le public et le festival en entier. »

Marc Rebillet a quant à lui attaqué l’organisation du festival le lendemain de l’évènement. Dans une série de plusieurs story publiés sur son compte Instagram, suivi par plus de 1, 7 millions d’abonnés, le performer déclare que « le festival est mécontent de mes remarques et la présidente a jeté un verre au visage de mon manager, mon son a été coupé et à présent, il souhaite être remboursés alors que j’ai réalisé ma performance en entier. » Il a également poursuivi en conseillant de « ne jamais bosser avec le Touquet Music Festival, ils ont merdé. »

« La figure présidentielle s’est autoprofannée »

L’élu strasbourgeois Guillaume Libsig a pris la défense de l’artiste en appelant à la liberté d’expression. Il souligne notamment que « la figure présidentielle s’est autoprofannée au fil des ans » en soulignant que de tout temps, les « artistes, dessinateurs et humoristes » ont souvent attaqué les précédents présidents de la République.

M. Libsig a également rappelé les propos polémiques tenus par Jacques Chirac « ça m’en touche une sans faire bouger l’autre », faisant référence aux testicules, ainsi qu’à la phrase prononcée par Nicolas Sarkozy face à un homme qui refusa sa poignée de main « casse-toi, pauv’ con ! » 

Lire :   Avis aux épicuriens et aux fêtards strasbourgeois : une “Odyssée épicée” vous attend

Nour H. Bakhos

Rédactrice depuis plus de trois ans, l'actualité, l'entreprenariat et l'histoire sont mes passions. Flâneuse, bosseuse et amoureuse de l'écriture, je sillonne le web sans jamais m'en lasser !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.