Vague de moustiques tigres : les Strasbourgeois n’ont pas intérêt à se faire piquer

La vague de chaleur actuelle notable dans toute la France et particulièrement en Alsace ramène un parasite invasif détesté de tous : l’Aedes albopictus, plus communément appelé moustique tigre. Samedi dernier, plus de 60 départements dont le Bas-Rhin ont été placés en alerte rouge par Vigilance moustique. Le danger ? Que les moustiques tigres soient vecteurs de maladies tropicales et de virus.

« Le Bas-Rhin est colonisé par les moustiques tigres depuis 2018 » 

La scientifique et responsable du syndicat de la lutte contre les moustiques, Christelle Bender affirme que la région est sujette à une grande propagation de moustiques tigres depuis plusieurs années. Le parasite est détecté sur plus de 90 km2 de la ville de Strasbourg, dans plus d’une quinzaine de communes. Tout porte à croire que la colonisation des moustiques sera encore plus virulente cette année si rien n’est fait.

Le changement climatique est placé sur le banc des accusés, mais selon les experts, certaines habitudes jugées mauvaises sont aussi responsables. Les œufs de moustiques éclosent dans des lieux humides et relativement chauds. C’est pourquoi les habitants doivent rester vigilants sur tout ce qui est susceptible de contenir une eau stagnante. Pots de fleurs, bâches, piscines, coupelles, gouttières bouchées, tous les Alsaciens sont invités à ouvrir l’œil.

Moustique tigre : une espèce qui transmet la dengue, le chikungunya et le zika

Alors qu’une lutte officielle contre les moustiques tigres est sur le point de commencer, Vigilance moustique rappelle le danger potentiel que représente cette espèce d’insectes. Avec ses rayures noir et blanches, le moustique tigre n’est pas dangereux de nature et de base, il est même inoffensif.

Lire :   Stocamine : quand une entreprise menace de transformer l’Alsace en poubelle géante 

Cependant, le moustique tigre est un vecteur de maladie : il peut en effet se contaminer lui-même en piquant une personne infectée et propage ensuite le virus au fil de ses nouvelles piqûres. Il est donc conseillé de rester sur ses gardes. 

Nour E. Bakhos

Rédactrice depuis plus de trois ans, l'actualité, l'entreprenariat et l'histoire sont mes passions. Flâneuse, bosseuse et amoureuse de l'écriture, je sillonne le web sans jamais m'en lasser !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *